Nebular 36 – La fureur du Gardien

  • Titre original : Der zornige Wächter
  • Traduction : Gérard Girolami

 

Nous sommes le 2 mai 2120, et six années se sont écoulées depuis l’activation couronnée de succès des cinq Clés-Jamal qui ont pu empêcher le transfert dimensionnel de la galaxie parasite grâce à une puissance inconnue au sujet duquel on sait pour l’instant peu de choses excepté son nom : Nebular.

Sur Terre, on commence à comprendre les implications complexes qui étaient liées à la menace de la Fraternité Noire et, ailleurs dans la Voie Lactée, les innombrables populations ont dû reconnaître que tous les êtres vivants ont échappé de peu à une terrible catastrophe.

Dès la première expédition lointaine de l’Union Solaire dirigée par Horatio Takahashi, un nouveau danger pour les futures missions est apparu quand une déchirure tachyonique, terme décrivant une perforation de la couche séparant l’espace einsteinien du continuum supérieur, provoqua une défaillance du croiseur Nebular. Peu de temps après que se soit produite l’importante avarie, un vaisseau spatial inconnu dirigé par un « Gardien du Continuum », être puissant et en colère qui accuse l’Humanité d’être responsable de l’anomalie sans que quiconque ne comprenne les raisons de cette affirmation, surgit de la brèche structurelle.

Dans le même temps, les Phooks, espèce insectoïde très adaptative qui s’est discrètement installée sur Neptune lors de la période troublée du Grand Ébranlement, ont fondé une colonie dans l’océan éternel de la géante glacée, mettant six ans plus tard devant le fait accompli les Humains qui, découvrant sans préparation aucune la présence de ces nouveaux voisins, doivent rapidement décider comment les traiter et essayer d’envisager l’avenir.

Vasina d’Atlantika, répondant à une demande de l’Union Solaire, part avec son vaisseau amiral en direction de Scutum-Crux afin d’explorer en détail les soleils sacrifiés originaires de la galaxie parasite mais, une fois arrivé dans le champ d’étoiles inconnu, l’Atlantika trouve un vaste système solaire dans lequel l’attend un puissant vaisseau-porteur de la Fraternité Noire qui le contraint à un combat à mort. Les Progonautes peuvent néanmoins, cette fois, grâce à l’intervention de Nexus Tor, repousser l’attaque directe d’un Kokrade contaminé par la technologie parasite.

Sur Zorgoss VIII, une équipe d’exploration fait une découverte troublante : tout un continent est recouvert par les restes ouverts, cassés et corrodés d’anciens Techno-Clercs. Les corps sphériques sans vie sont une grande énigme pour tous les membres d’équipage présents qui décident de désormais parler de la planète comme du Cimetière des Techno-Clercs.

Le mystère précédent n’est pas la seule indéchiffrable question liée à cette planète puisque l’épave presque totalement décomposée d’un Néo-Hawk est découverte sous la surface non loin du point d’atterrissage. Un premier examen des restes plonge tous les présents dans la plus entière perplexité à cause de l’âge des fragments du vaisseau estimé à neuf cent mille ans bien qu’il s’agisse manifestement du même navire que celui ayant permis à l’équipe de reconnaissance de se poser sur Zorgoss VIII.

Tous ces signes laissent penser à un nœud temporel fatal.

Avant que ces étranges indices ne puissent être étudiés plus en détails, l’étoile centrale se transforme en supernova sous l’influence de Nebular qui, d’après 40028, est seul responsable du collapsus de la géante bleue. Pour les spécialistes de l’É.O.H., la fuite reste la seule solution face à l’explosion de l’astre mais, avant de quitter la planète, ils parviennent à enregistrer un surprenant marquage figurant sur une partie encore intacte du blindage du vaisseau.

Vasina d’Atlantika présente la séquence de symboles au Concepteur de la Croix qui peut les déchiffrer et leur apprend qu’il s’agit de caractères génorants indiquant un amas stellaire, la galaxie naine d’Hercule, située à plus de quatre cent mille années-lumière de là. Craignant de modifier le déroulement temporel et de provoquer un paradoxe, la souveraine demande alors au Chiroptère de graver les symboles étrangers sur le blindage du Hawk afin de refermer la boucle avant que le vaisseau amiral progonaute ne se mette en route vers son nouveau but.

Par suite de l’absence de liaison directe entre l’Atlantika et Centre-CoopGal, on ne sait encore rien sur Terre de ces développements, mais si la Progonaute avait pu être au courant de ce qui se passait en cet instant dans le Système Solaire, il est très probable qu’elle aurait reconsidéré sa décision de poursuivre sa mission et serait immédiatement retournée à son port d’attache.

Le Conseil de Coopération Galactique doit faire face à un adversaire en colère et les astronautes de l’Union Solaire devront compter avec La Fureur du Gardien.

Updated: 23 janvier 2017 — 14 h 03 min
Perry Rhodan © 2017 Frontier Theme